Sylvie Bonnot, 14868.83108 kms
  La Porcherie, Ménétreux-le-Pitois
  02.05 - 13.06.2010

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2010. Tous droits réservés

Sylvie Bonnot, 14868.83108 kms

Archives expositions personnelles France

Texte de présentation de l’exposition à La porcherie

L'exposition de printemps à La Porcherie, 14868.83108 kms, mêle photographies et dessins d'une jeune artiste, Sylvie Bonnot.

Tout dans son travail évoque des "schémas de construction" propre à la Nature qui sont mis en lumière dans son travail. "La Nature à une construction claire, respectons-la", serait un des maîtres mots de cette jeune artiste.

A croire que mademoiselle Bonnot rêve de sinusoïdes, de fractures, bref de courbes de réseaux, de liens de communications.

Sylvie Bonnot fait partie de ces artistes qui mettent un point d'honneur à associer Nature et Humain. L'un, semble-t-il, n'allant pas sans l'autre, l'un insufflant ses turpitudes et ses voluptés à l'autre.

Revenons au titre de l'exposition voulez-vous. Pourquoi une donnée chiffrée en guise de titre, me direz-vous ?

J'aurais envie de vous répondre ceci : cette donnée est la distance crée par Sylvie Bonnot au travers de tous ses dessins présentés. Finalement, chaque point formant ligne crée un chemin un parcours au milieu de l'exposition et ce parcours est de 14868.83108 kms.

Malgré cela, cette distance a une tout autre signification. En effet, Sylvie a la bougeotte et par amour pour son travail se trouve souvent par monts et par vaux. Or cette distance symbolise les kilomètres réels qui séparent deux séries de photographies et dessins. L'une ayant été réalisée en Australie Occidentale et l'autre sur les îles Hébrides en Ecosse. Par ce biais nous devenons alors nous aussi des voyageurs.

D'ailleurs, j'aimerais revenir sur cette expression, somme toute, purement topographique "par monts et par vaux" qui n'est finalement pas si anodine que cela face au travail de la jeune artiste. Car bien que dans moult de ses réalisations l'idée topographie irradie, une autre peut se lire en filigrane: la chair nous parle. Les monts, ces concrétions sédimentaires ou ces formations géologiques, peuvent aussi être ceux de Vénus et les vaux ou le val, être un creux de rein délicieux ou le soleil de la montagne fier luit. En fait un petit val qui mousse de rayon...

Bien évidemment la chute dramatique de Rimbaud ne peut entacher cette image car la nature rieuse saura en jouer avec force finesse.

Pan d'ailleurs donnerait raison à l'artiste quant à cela et avaliserait cette nature déshumanisée plus souvent qu'humanisée, quasi renaissante et ce que ce soit dans ses écumantes colères ou dans son calme olympien.






© Sylvie Bonnot

Mickael Valet, encore étudiant aux Beaux-Arts de Dijon, nous propose au travers d'une réalisation, une autre lecture, une résonance distanciée des prérogatives de Sylvie Bonnot mais qui instaure un voyage entre les deux protagonistes. Cette résonance pourrait s'apparenter à une volonté d'approche des lieux semblables dans une perspective très différente. Chacun prêt à gravir des montagnes ( au sens premier) pour coucher leur être dans leur travail.

Exposition du 2 mai au 13 juin 2010. La Porcherie, 22 route de Montbard - 21150 Ménétreux-le-Pitois. Tél.: +33 (0)3 80 96 92 23. Ouverture du jeudi au dimanche de 14h à 18h et sur rendez-vous.


© Sylvie Bonnot

Archives expositions personnelles (B)