Stéphane Blanquet, Le Wharf et la Comédie

Archives expositions personnelles France

  Stéphane Blanquet
  Le Wharf et la Comédie, Hérouville St Clair
  20.01 - 09.03.2012

Communiqué de presse


Le Wharf, Centre d'art contemporain de Basse-Normandie et la Comédie de Caen, Centre Dramatique National de Normandie s'associent pour la présentation du travail pictural de Stéphane Blanquet, dessinateur, plasticien, illustrateur, auteur de romans dessinés, scénographe, éditeur. Depuis 2007, il réalise chaque année la campagne de «communication» de la Comédie de Caen et son univers graphique aux allures de jardin luxuriant est connu des publics de la région bas-normande.


Cependant, le projet qui réunit nos deux institutions pour cette exposition s'attache davantage à présenter l'œuvre la plus ‘’obscure’’ de Stéphane Blanquet qui se déploiera dans une scénographie spécifique pour la mise en espace de son univers. Comme tout artiste à l'univers ‘’marqué’’, sa singularité graphique est reconnaissable parmi les productions des vingt dernières années, comme celle qui s'imprime dans nos mémoires pour ne plus la quitter. Dans une scénographie théâtralisée, ses dessins surdimensionnés entre rêves et cauchemars prendront corps sur les murs telles des réminiscences fantomatiques de nos propres hantises.


Ses personnages, aux allures parfois joyeuses souvent inquiétantes, se distordent dans un déploiement de noir et blanc où la graphie remplit l'espace de la toile comme pour mieux enfermer le regardeur sans aucune échappée possible. Ici l'univers est clos, le lieu est refermé par le déploiement même du dessin qui obstrue toute vacuité de blanc. La claustrophobie provoquée par le plein d'images oblige une observation attentive de l'ensemble de la composition et d'être au plus près, là où se niche le détail sardonique, le pathétique.


L'œuvre tout entier de ce créateur trouve sa genèse depuis des « familles » issues de la peinture, du cinéma, de la musique et du son et dont la génération à laquelle il appartient s'est nourrie. Depuis les références classiques de la peinture en passant par les productions de bande dessinée et d'œuvres graphiques alternatives, c'est tout un atlas personnel qu'il a constitué au cours de ces années. Depuis sa caverne, comme celle de Platon, Blanquet voit et projette sur le papier - cette paroi horizontale - les ombres errantes et nocturnes qui surgissent. La survivance de ses fantômes, ritualisée par le noir et blanc, construit par hybridité une communauté spectrale d'individus avec lesquels nous engageons un dialogue, comme si ces figures ne nous étaient pas si étrangères. Ici, le déployé pariétal de Blanquet aspire le spectateur dans un monde où la frayeur prend des physionomies ‘’familières’’.







Stéphane Blanquet

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Archives expositions personnelles (B)