Philippe Bazin, Circulations, la radicalisation du monde
  Musée des beaux-arts, Calais
  27.02 - 27.06.2010

Extrait du dossier de presse

Suite à l'exposition du musée de l'Abbaye Sainte-Croix des Sables d'Olonne consacrée en 2009 à l'oeuvre de l'artiste Philippe Bazin, le musée des beaux-arts de Calais organise la suite de La Radicalisation du monde. Prolongeant la présentation vendéenne, le musée complète sa sélection en privilégiant les photographies et vidéos récentes réalisées par Philippe Bazin à Porto, en Pologne, en Albanie, mais également à Douvres, Calais et Bilbao.

















Exposition du 27 février au 27 juin 2010. Musée des beaux-arts, 25 rue Richelieu - 62100 Calais. Tél.: +33 (0)3 21 46 48 40.


Archives expositions personnelles France

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Philippe Bazin, Circulations, la radicalisation du monde

A l'heure où triomphent l'éphémère et l'événement, les questions liées à la pérennité se tarissent au profit de l'accessibilité, du renouvellement et de la circulation. Ce sont à la fois l'instantané et les flux, à l'échelle du temps et de l'espace, qui conditionnent et créent l'histoire. Seule l'architecture, et en particulier celle des musées, semble donner aux notions de durée et de mémoire une existence réelle. au gré de ses déplacements, Philippe Bazin photographie le réel anodin, quotidien, modeste et plus grave : les bateaux, les containers, les camions, les échafaudages, les chantiers, les métiers à tisser, mais également les camps de rétention. Ces objets aussi stables qu'imposants et ces lieux abandonnés ou en pleine activité n'en sont pas moins dénués de pittoresque et de lourds symboles. Les visages photographiés auparavant par l'artiste (voir ci-dessous) se sont presque absentés, laissant les lieux et les choses témoigner d'un territoire en pleine mutation.

Cette oeuvre est une lucide et poignante métaphore de nos vies contemporaines réduites au mouvement perpétuel du cycle production / acheminement / consommation / déchet. Et malgré l'aspect apparemment désenchanté de ce thème, les photographies et vidéos jouent sur différents registres : l'absurde et le non-sens, l'humour et le comique de situation, les formes sculpturales d'un tas et la belle matière picturale d'une coque de bateau.

Près de 150 photographies et vidéos sont réunies dans les salles du musée, notamment la série complète des Adolescents de Calais qui constitue l'occasion d'un grand rendez-vous. Ces portraits en noir et blanc faisaient le constat d’un certain état en cours de transformation : le passage à l’âge adulte, la dégradation du monument le plus célèbre de Calais et un espace culturel en travaux.

En co-éditant l’ouvrage La Radicalisation du monde et en invitant Philippe Bazin en 2010, le musée des beaux-arts de Calais accompagne l’artiste dans ses nouveaux terrains d’investigation et ses nouvelles orientations artistiques : la couleur et la vidéo. Depuis 2001, Philippe Bazin se fraie un chemin artistique entre peinture d’histoire au sens moderne et contemporain du terme et documentaire photographique.


Philippe Bazin, Musée Guggenheim de Bilbaao, Espagne, 2007

Philippe Bazin, Musée Guggenheim de Bilbao, Espagne, 2007

Archives expositions personnelles (B)