Per Barclay, Chambres d’huile
  C.C.C., Tours
  08.03 - 01.06.2008

Communiqué de presse

L'artiste norvégien Per Barclay apprécie la mise en abîme des lieux. Il s'y emploie à travers l'épandage  - ou recyclage artistique - de couches d'huiles de vidange sur le lieu sélectionné. Il crée ainsi un effet à la fois symétrique et déstabilisant grâce à l'effet miroir, parfois changeant et ondulant, de ce produit sombre et intensément brillant qui métamorphose et anime l'espace ainsi modifié. "J'aime les choses doubles. Cela provoque un effet violent, dangereux. On éprouve une sensation de vertige car il est impossible de connaître l'importance de la couche d'huile..."

Cette exposition de l'artiste norvégien Per Barclay se concentre sur un angle particulier de son travail : les photographies d’espaces aux « sols liquides ».

Depuis la fin des années 80, l’artiste confronte régulièrement à de nouveaux lieux le même procédé d’installation éphémère, destiné uniquement à la prise de vue et à la production d’images : le sol d’espaces clos est recouvert d’huile noire, d’eau, de vin ou de sang, afin de créer des surfaces réfléchissantes qui redoublent l’image du lieu tout en l’ouvrant à la profondeur vertigineuse d’un ailleurs virtuel.

 












© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Exposition du 8 mars au 1er juin 2008. CCC Centre de création contemporaine, 55 rue Marcel Tribut - 37000 Tours. Tél.: +33 (0)2 47 66 50 00. Ouverture du mercredi au dimanche de 14h à 18h. Entrée libre.

Per Barclay, Chambres d'huile au CCC de Tours

Archives expositions personnelles France

Per Barclay est né en 1955 à Oslo, il vit et travaille à Paris et Turin. Depuis la fin des années 70, il travaille beaucoup en Italie où il a vécu une quinzaine d’années. Si l’image photographique tient une place importante dans son œuvre, Per Barclay est avant tout sculpteur. Il n’est pas anecdotique que le travail photographique sur les sols liquides trouve sa source dans un dispositif d’installation : c’est une réflexion sur l’espace qui guide la majeure partie de sa production polymorphe où la photographie côtoie l’installation, la sculpture, le son ou le mouvement. Ce sont ces différents aspects de l’oeuvre de Per Barclay qui étaient mis en avant lors de l’exposition que le CCC lui avait consacré en 2001.

Per Barclay recours de façon récurrente à des matériaux liquides dont il utilise la nature fluctuante, insaisissable, qu’il met parfois en mouvement dans certaines de ses installations ou sculptures. Dans les photographies de « sols liquides », ce matériau fluide produit un sentiment étrange et ambigu, une tension entre la contemplation esthétique d’un reflet parfait et la trouble sensation d’anxiété devant l’envahissement d’un lieu par un corps vivant, dont l’inertie devient presque inquiétante.
En recouvrant les sols de lieux aux styles et fonctions différentes, neutres ou très fortement identifiables (palais baroque, cabane de pêcheurs, salle des coffres d’une banque ou galerie d’art), le liquide et particulièrement l’huile noire créent une surface miroir, révélant ce que le regard ne peut percevoir de ces espaces devenus impraticables et infranchissables. Dans ce travail, Per Barclay fait basculer les repères spatiaux et sensoriels. Créant un double virtuel du lieu, ses reflets noirs sont aussi générateurs de vide, creusant l’espace réel d’un autre espace en négatif, un espace fictif.

Cette exposition est organisée en collaboration avec la Fondation Merz de Turin. Elle bénéficie du soutien de l’Ambassade Royale de Norvège.

Vue de l’exposition de Per Barclay, Chambres d’huile, à la Fondation Merz (Turin, Italie), du 28 novembre 2008 à la fin janvier 2009

Vue de l’exposition de Per Barclay, Chambres d’huile, à la Fondation Merz (Turin, Italie), du 28 novembre 2008 à la fin janvier 2009

© Per Barclay, Sans titre 2006, huile noire et halogène (Architecture: rh+architectyre, Paris) - C.C.C. Tours 2006

Au CCC, Per Barclay met en oeuvre ce dispositif principalement destiné à la photographie, pour présenter une installation in situ dans le White Cube devenant pour la durée de l’exposition un abyssal trou noir. L’exposition regroupera un ensemble d’une quinzaine de grandes photographies, depuis la première réalisée en 1989 jusqu’aux plus récentes réalisées à Chinon à l’invitation du CCC (2006) et à la Fondation Merz (2007).


Ci-contre : © Per Barclay, Sans titre 2006, huile noire et halogène (Architecture: rh+architectyre, Paris) - C.C.C. Tours 2006

Archives expositions personnelles (B)