Archives expositions personnelles France

Archives expositions personnelles (B)

  Mattew Brandt, Woodblocks
  Galerie Praz-Delavallade, Paris

  15.11 - 20.12.2014

Communiqué de presse

La galerie Praz-Delavallade présente Woodblocks, la première exposition de Matthew Brandt dans son espace, et par extension la première exposition européenne de cet artiste californien.












































.
















 







Mattew Brandt, Woodblocks, Galerie Praz-Delavallade, Paris

Exposition du 15 novembre au 20 décembre 2014. Galerie Praz-Delavallade, 5 rue des Haudriettes – 75003 Paris. Tél.: 33 (0)1 45 86 20 00. Ouverture du mercredi au samedi de 11h à 19h.



Avec trois séries qui s’intéressent toutes à la technique de la gravure sur bois, cette nouvelle exposition se situe dans la continuité des efforts de Brandt à explorer les techniques de photographie et d’impression anciennes. La gravure sur bois qui consiste à faire une impression à partir d’un motif dégagé dans un bloc de bois, a amené Brandt à s’intéresser à des personnalités, qui d’une façon ou d’une autre, lui ont fait une forte impression. En résulte une série d’œuvres représentant les empreintes digitales d’artistes influents comme John Baldessari, Morgan Fisher, Robert Polidori, Jim Shaw, Marnie Weber ou James Welling. Leurs empreintes digitales ont été agrandies et transposées sur des panneaux de bois creusés au burin. Après avoir été sculptées, ces plaques de bois sont enduites d’encres naturelles issues de plantes, d’insectes ou de minéraux. L’impression se fait ensuite sur des feuilles de papier qui ont été fabriquées par l’artiste à partir de ce même bois. Une fois l’ empreinte réalisée, la plaque est découpée afin de constituer le cadre de l’oeuvre.

L’autre série présentée est également représentative de la nature réflexive de la pratique de l’artiste, puisqu’elle explore les qualités physi- ques du bois lui-même. Le bois est utilisé pour la fabrication du papier, le processus d’impression, mais aussi pour la création de l’image, du motif, qui montre simplement le grain du bois utilisé. Ces empreintes sont ensuite placées sous des cadres en forme d’escaliers façonnés à partir de matériel de construction acheté dans un magasin de bricolage. Avant tout, la forme de ces cadres a été choisie en référence à l’architecture bien spécifique de l’espace de la galerie Praz-Delavallade; placé face aux empreintes digitales des différents artistes, on peut toutefois y voir aussi une réflexion sur sa propre progression artistique.


Le Columbus Museum of Art a accueilli il y a quelques mois la première exposition personnelle de Brandt intitulée Matthew Brandt: Sticky/ Dusty/Wet, actuellement présentée au Virginia Museum of Contemporary Art. Plus tôt en 2014, sa série Lakes and Reservoirs a fait l’objet d’une exposition personnelle au SCAD Museum of Art, Savannah, mais a également été inclue dans What Is a Photograph? qui s’est tenue à l’International Center of Photography, New York. Les oeuvres de Matthew Brandt figurent dans les collections du Metropolitan Museum of Art, New York; J. Paul Getty Museum, Los Angeles; Brooklyn Museum, New York; Cincinnati Art Museum; LACMA et Hammer Museum, Los Angeles; Bibliothèque Royale Danoise, Musée National de la Photographie, Copenhague et Columbus Museum of Art. Brandt est né en Californie en 1982, a obtenu son BFA à l’Université Cooper Union, New York (2004) et son MFA à l’UCLA, Los Angeles (2008). Il vit et travaille à Los Angeles.









© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Matthew Brandt, Harry Gamboa Jr (detail), 2014. Soot ink on paper made from pinewood in pinewood block frame, 164.8 x 103 x 6.4 cm

Depuis ses débuts il y a cinq ans, Matthew Brandt s’est fait remarquer par la scène photographique d’avant-garde, qui n’a de cesse de redessiner les limites de la photographie traditionnelle. Alors que la photographie numérique semblait avoir rendu la photographie analogique obsolète, des artistes comme Brandt continuent de produire des œuvres qui sont de véritables objets, utilisant à la fois les anciennes et les nouvelles technologies et élargissant les frontières en faisant se côtoyer différentes techniques. Intéressé par la physicalité et le processus, Matthew Brandt réalise un travail comparable à celui d’un alchimiste du medium photographique : il transmute la photographie en utilisant des matériaux non conventionnels et construit son oeuvre autour de procédés photographiques archaïques.


Souvent, Matthew Brandt crée ses tirages en utilisant des éléments physiques provenant de l’objet lui-même. Parmi ses séries précédentes on trouve des photographies de sites historiques détruits dont la poussière elle-même a été utilisée comme pigment, des portraits d’amis et de famille dont divers fluides corporels ont agi comme agents chimiques contribuant à produire leur propre image, des photographies de paysages imprimés avec différents ingrédients alimentaires, ou encore la série Lakes and Reservoirs pour laquelle les photos cou- leurs ont été immergées et altérées par l’eau des sites qu’elles représentent.



Matthew Brandt, Harry Gamboa Jr (detail), 2014. Soot ink on paper made from pinewood in pinewood block frame, 164.8 x 103 x 6.4 cm