Lionel Bayol-Thémines, Keep Border
  A Galerie, Paris
  06.09 - 16.10.2010

Extrait du dossier de presse


Dans la série Keep Border élaborée par Lionel Bayol-Thémines, l’espace du contrôle, de la frontière est mis en jeu. C’est dans l’eau, sans repères géographiques, avant les côtes, les territoires, que les "Titans" se manifestent, surveillent, contrôlent, dans une gestuelle qui n’est pas sans nous rappeler celle employée par les polices. Tels des cerbères jaillissant des fonds marins, ils présupposent par leur présence et leurs gestes le passage frontalier des territoires.

Lionel Bayol-Thémines, photographe plasticien français au parcours atypique, élabore dans un "work in progress" à la fois symbolique et abstrait, une réflexion sur la question d'identité.

Passionné d'anthropologie, il crée, dans Titanesland, une entité unique à partir de masques de lutteurs colorés. Si, dès le premier coup d'oeil, les modèles masqués nous font penser à des super-héros, ils ne sont, en réalité, ni personnages, ni individus, mais de simples métaphores de notre condition d'Homme libre.


Titanes Land est un « work in progress » qui se déploie par le biais de plusieurs séries : Identity, Intimity, Titan’s eyes, Titan’s memory, Press, Landscape invasion, Keep Border et Watchmen.


Titanesland est une invitation à nous émanciper et à nous reconsidérer. La perte de repères spatio-temporels est totale dans la série Keep Border. Le Titan apparaît à la surface de l'eau, tel un envahisseur, une présence à la fois réconfortante et effrayante. Une bouée de surveillance, une bouée de sécurité, une bienveillance sonnant comme une fausse excuse dans cet espace du contrôle et de la frontière. La position du modèle n'est pas sans rappeler la gestuelle des agents de police. Dans le mot "frontière", il n'y a pas de parti pris, et brusquement, ces "gardes côtes" deviennent troublants. La question de vérité, de jugement, de libre arbitre apparaît alors à la place du Titan. L'interaction est totale, puisque nous devenons acteurs de la photographie, en nous plaçant d'un côté ou de l'autre de la frontière virtuelle. " Le titan est comme une ligne rouge, vous êtes d'un côté, de l'autre, vous êtes dessus ".






Photographe plasticien, Lionel Bayol-Thémines vit et travaille à Paris(France). Il poursuit depuis une vingtaine d’année, une recherche plastique centrée autour de l’humain, sur les rapports de l’homme à son histoire, à son espace, à son évolution et l’identité qui en découle. Il utilise principalement comme médium la photographie. Depuis 2004, il est résident permanent de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques à Paris.


Exposition du 6 septembre au 16 octobre 2010. A.galerie, 12 rue Léonce Reynaud - 75116 Paris. Tél.: +33 (0)6 20 85 85 85. Ouverture du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 15h à 19h.


Ici se croisent le banal et la légende en train de s’écrire. Ces lutteurs considérés comme des super héros mettent leur aura à l’épreuve de la réalité. Si à l’évidence, ce mythe du surhomme y perd de sa superbe, il en jaillit une puissante construction identitaire. Le héros devient alors individu avec tout ce qui le constitue. Un vécu, un quotidien, une mémoire, une position au sein du monde… Plus les instantanés se multiplient, plus il est clair que ces personnes sont en symbiose avec leur masque, que ces masques sont indivisibles de leur personnalité, comme s’ils formaient une espèce à part. Nous comprenons donc que ce monde n’est pas une parade costumée mais un reflet de notre réalité. Ces différentes séries explorent l’espace privé, l’espace public et les pratiques qui nous constituent. Titanes Land est construit comme un jeu, un espace de réflexion sur les possibles de changer la règle du je. Une magnifique occasion de nous émanciper et de reconsidérer, cette réalité que nous fréquentons quotidiennement. Une démarche de science fiction, qui, comme certains écrivains fréquentant ce style, en faisant mine de nous éloigner de notre environnement direct nous en ont rapprochés et ouvert la critique.

© Lionel Bayol-Thémines, série Keep Border, 2009. Courtoisie de l'artiste et A.galerie, Paris

© Lionel Bayol-Thémines, série Keep Border, 2009. Courtoisie de l'artiste et A.galerie, Paris


Archives expositions personnelles France

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Lionel Bayol-Thémines, Keep Border à la A Galerie

Archives expositions personnelles (B)