© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Karine Bonneval, Hybrides Véhicules

Archives expositions personnelles France

  Karine Bonneval, Hybrides Véhicules
  Galerie M. et T. De la Châtre, Paris
  21.01 - 25.02.2012

Texte de Juliette Cortes


Après sa très ironique série de plantes cosmétique, Phyllosplastie, montrée à Chaumont en 2010, Karine Bonneval profite d’un travail in situ au centre d’art La Maréchalerie pour prolonger son travail de botaniste baroque. Le centre d’art abrite une serre où se déroule une expérimentation fantaisiste :des plantes se développent avec des caractéristiques animales et leur forme de cils, cheveux et ongles manucurés est délibérément humaine.







Exposition du 21 janvier au 25 février 2012. Galerie Martine et Thibault de la Châtre, 4 rue de Saintonge - 75003 Paris. Tél.: +33 (0)1 42 71 89 50. Ouverture du mardi au samedi de 11h à 19h.


Karine Bonneval, Embouteillage, 2009, porcelaine émaillée. Photo © M.P. Saunier

Pour son exposition à la galerie Martine et Thibault de la Chatre intitulée Hybrides Véhicules, Karine Bonneval montre une série d’installations, sculptures et images nées d’une réflexion sur les relations entre le vivant et le mécanique. Ainsi, des sculptures de porcelaine représentant des objets liés à l’automobile sont hérissés de céréales pour agro-carburants et incarnent une vie toute artificielle. Ces fétiches précieux de la modernité combinent un univers où s’articule vanité et volonté de pouvoir.


Également présentées dans cette exposition, les premières images d’une série sur les costumes d’explorateurs. À mi-chemin entre camouflage et déguisement, ces tenues sont mises en scène dans des espaces naturels domestiqués. Elles révèlent l’étrangeté de l’assemblage géométrique des forêts bien alignées et l’orthodoxie des champs cultivés.


Les objets ambivalents de Karine Bonneval rejettent les approximations et la naïveté des représentations anthropomorphiques de la nature. Ils montrent que le lien « nécessaire » entre l’homme et la nature, la « symbiose » que l’écologie souhaite « harmonieuse » est mû d’abord par une volonté de contrôle.


Ci-contre : Karine Bonneval, Embouteillage, 2009, porcelaine émaillée. Photo © M.P. Saunier

Archives expositions personnelles (B)