Communiqué de presse

Les oeuvres de Julien Berthier sont à double détente. Aussi ne faut-il pas se hâter de les décoder trop vite car, derrière leur façade avenante, l'arrière-cour a des allures de cauchemar. Au premier abord, la démarche de l'artiste paraît répondre au désir de contribuer à l'amélioration de la vie de tous. Les deux albums de dessins qu'il a déjà publiés et dans lesquels il répertorie quantité de projets susceptibles d'apporter une aide à ses semblables indiquent que l'ampleur évidente du chantier ne l'effraie pas. Beaucoup trop de gens, suggère-t-il, ont baissé les bras. Pas Berthier qui recommande, en tête de l'un de ces albums, de "ne pas laisser le monde aux mains des spécialistes". Ne s'interdisant donc aucun commentaire, il conçoit ses oeuvres comme autant d'interventions dans les secteurs les plus divers: l'aménagement urbain (Silent Sentinels, Elegant Third World, Balcon additionnel), le mobilier (Left handed Rietveld Chair), la navigation de plaisance (Love-Love), l'environnement (Le Palmier, Résidence secondaire, Hypnos), le monde du travail (Take a chance on me, L'horloge d'une vie de travail), etc.

Sous des dehors légers, les oeuvres de Berthier interrogent ainsi la situation des sociétés démocratiques et le danger que représente, pour leur gouvernement, le recul du sentiment de responsabilité citoyenne. En apportant des fictions de réponses de réponses techniques à des questions apparemment mineures, il met en évidence le besoin et l'absence de véritables solutions politiques à des maux tels que la dégradation du paysage urbain, la diminution des ressources énergétiques, l'ampleur du souci sécuritaire, les méfaits de la globalisation, - maux que les autorités semblent parfois ne savoir traiter qu'avec des gadgets.

Mais alors, avec sa bonne volonté, son pressant désir d'engagement, Berthier n'est-il qu'un doux rêveur? N'a-t-il pas entendu parler de la post-histoire et de la fin des grands récits qui soutenaient l'idée d'une possible révolution? Justement si!  Rien n'est plus étranger à Julien que l'illusion d'un grand soir régénérant. Mais lui insupportent de la même manière, et avec la même intensité, ces logiques du tout ou rien conduisant à abandonner la partie au prétexte que, puisque l'avenir n'est plus aux utopies sociales, l'art n'a d'autre choix que d'assumer purement et simplement sa plate fonction décorative.


  Julien Berthier, Evaluation 360°
  Galerie Vallois, Paris
  25.10 - 22.11.2008

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Julien Berthier, Evaluation 360°

Exposition du 25 octobre au 22 novembre 2008. Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, 36  rue de Seine - 75006 Paris. Tél.: +33 (0)1 46 34 61 07.

Archives expositions personnelles France

Vue de l’exposition de Julien Berthier à la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois Vue de l’exposition de Julien Berthier à la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois

Vues de l’exposition de Julien Berthier à la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois

Archives expositions personnelles (B)